La street, le Tieks, le Bendo … Et le RAP inconscient

Le RAP Français ne cesse de s’appauvrir laissant souvent place à de jeunes (et moins jeunes) rappeurs se valorisant à travers des attitudes et des paroles violentes et provocatrices. C’est malheureusement la culture que revendiquent fièrement et de plus en plus tôt beaucoup d’adolescents de quartiers pauvres et populaires.

La cité.jpg

Les motos, les armes, le sexe, la drogue, les femmes objets, la défiance vis-à-vis de la police et de l’autorité … Sont revendiqués sans aucunes gênes et tout à fait librement … Tous ces sons rythmés et très séduisants font des millions voire des dizaines de millions de vues à chaque nouvelle publication. Beaucoup de jeunes aiment leurs quartiers de cette manière et s’y attachent avec cette identité. En pensant ainsi être valorisés et reconnus. Ces chanteurs ont-ils conscience de l’impact de leurs mots sur nos vies et celles de nos enfants ? Ou bien ont-ils fait de notre misère un commerce ?

En tant que parents nous sommes inquiets face à cet engouement dont les objectifs sont purement commerciaux. De plus, les très grandes audiences et notoriétés n’ont pas échappé à beaucoup de marques qui y glissent de la publicité de façon subtile mais non moins efficace. Alimentant et validant ainsi cette culture de la violence.

Cette valorisation par le mal cible prioritairement une jeunesse déjà socialement fragilisée. C’est une mentalité qui attise chez des adolescents l’envie de prendre des risques à un âge où l’on n’a pas forcément conscience du danger. C’est aussi, très souvent, des paroles et des situations dégradantes pour les femmes. Ces tendances existaient déjà dans nos quartiers mais avec Internet, elles se sont amplifiées et interrogent des parents démunis face à des comportements provocateurs et sexistes qu’ils n’ont jamais enseignés à leurs enfants.

Par ailleurs, la rénovation urbaine et le changement d’identité qu’elle apporte aux quartiers perturbent nombres d’adolescents en construction qui se reconnaissent difficilement dans ce nouveau décor et dont ils se sentent parfois exclus. Avec la transformation urbaine, c’est tout un pan de l’histoire des quartiers qui disparaît. Ce qui est loin d’être anodin …

Un accompagnement éducatif bienveillant basé sur la confiance et la découverte d’une culture plus saine devrait être proposé en aide aux parents des quartiers populaires. Il faudrait aussi accorder à ces adolescents et jeunes adultes ainsi qu’à leurs ressentis, une réelle attention en leurs proposant par exemple, de s’exprimer à travers des ateliers audiovisuels, d’écriture …

« Prends pas ta vie pour une chanson parce qu’un beau jour tu vas danser sans sons »- Kerry James

 

 

 

Notre petite mosquée s’en va …

Ce n’est pas vers la grande et belle mosquée que mes pensées vont aujourd’hui. C’est vers toi, que je me tourne avec tristesse et nostalgie. Tu nous as rappelé nos origines et nos cultures. Tu as été un lien entre nos différents pays et le quartier. Tu nous as réunis, mariés, soignés, enseignés, accompagnés vers la mort parfois …

Tu nous as aussi appris à lire et à écrire d’une autre manière. Je n’oublierai jamais mes premiers cours d’arabes avec tous mes amis du quartier et d’ailleurs (pensées à Azza, Nora, Ahlam, Nassima, Mohamed, Sonia …), nos rires, nos jeux fous, nos bêtises … Tu nous as vu grandir et puis partir …

Tu as abrité aussi des changements, des divergences d’opinions, des conflits : l’imbécilité des hommes. Malgré cela, tu n’as jamais failli à ton devoir, de jour comme de nuit. Tu n’as jamais manqué une seule prière ni même une seule fête. Tu peux t’en aller sereine et laisser ta place à la nouvelle. Petite mosquée comme tu vas nous manquer !

 

 

 

Arrêtez de me regarder comme ça !

arretez-de-me-regarder« Arrêtez de me regarder comme ça ! » : c’est le titre du spectacle joué mardi 18 octobre à la MJC Duchère et qui se produira de nouveau ce jeudi 10 novembre, à 19h, au TNG de Vaise – Lyon 9.

« Arrêtez de me regarder comme ça !» : c’est aussi une phrase répétée à la fin d’une représentation où tous les acteurs ; professionnels et habitants, avancent main dans la main en harmonie avec leurs différences. C’est très émouvant et admirable autant sur le fond que sur la forme.

Le spectacle révèle, entre autres, le contexte de peur de l’Islam que nous vivons aujourd’hui en France et comment cela se répercute sur le quotidien de femmes musulmanes voilées (ou pas). Il donne la parole à des femmes souvent déshumanisées parce que réduites à leurs  voiles.   Lire la suite de « Arrêtez de me regarder comme ça ! »

Le festival d’Art & d’Air & nos jeunes

« Après la pluie, le beau temps »


Contre vents et marées, nous avons navigué tous ensemble autour du festival d’Art & d’Air vers un seul et même objectif : « Le vivre ensemble ».

Merci à Justine, Nouria, Marie, Kheyra, Carole, Espoir, Dalila, Myriam, Amir, etc. … Ainsi qu’à tous ceux qui ont participé à ce challenge.

Ces 3,4 et 5 juin, nous étions « en mode » déterminé à la Duchère. Et malgré les intempéries à l’ouverture, le festival d’Art & d’air 2016 est une vraie réussite. Nous avons même eu du soleil pour finir en beauté !

Quant aux adolescents participant au projet de parents : « Elan Jeune » (soutenu par l’association Educ’Réseau), ils ont géré leur stand et leur logistique comme des pros ! En autonomie et en équipe. Ils se sont adaptés aux contraintes et se sont volontiers intégrés aux autres stands et associations du village solidaire. Leur motivation et leur bonne humeur ont ensoleillé nos cœurs !

Ces jeunes adorent vendre et faire des affaires. C’est vers ce genre d’activités commerciales qu’il faudrait peut-être les accompagner pour grandir et s’épanouir au contact des autres.

Dans une bulle hors du temps

C’est mon premier poème, il vaut ce qu’il vaut. Mais j’ai vécu un beau moment dans mon beau quartier et je voulais l’exprimer en vers  🙂


 

Dans une bulle hors du temps

Le collège, quelques élus de la mairie aussi présents

Kheyra et les mamans du lieu accueil parent

M’ont fait voyager hors de ce monde affligeant  

Tout y résonnait parfaitement

Des notes de musiques aux délices des mets abondants

Même Mr le maire a chanté juste incroyablement

Humanité, harmonie et simplicité étaient les hôtes de ce festin précieux

Des couleurs épicées aux saveurs multicolores, tout y était merveilleux

Le mélange de nos cultures, le métissage de nos plats …

Unis et réunis l’occident et l’orient vivaient en paix

Décuplées la beauté et la richesse alors y étaient

En cette douce nuit de printemps

Et dans ce même espace temps

 

 

 

 

Suis je devenue la femme que je rêvais d’être ?

Ai-je pu devenir la femme, l’homme que je rêvais d’être ? C’était le thème du spectacle auquel nous avons participé Kheyra et moi il y a 2 jours (le 16/10) à la MJC Duchère … En tant que comédiennes ! Avec la troupe « le lien théâtre » . C’était génial ! Le public a adoré et nous a tous félicité, et particulièrement Kheyra et moi parce que c’était notre première fois en impro …

Lire la suite de « Suis je devenue la femme que je rêvais d’être ? »

Une nouvelle passion !

Par Safya dla Duch’


Il y a quelques jours avec Kheyra et d’autres mamans nous avons fait … du théâtre ! Nous avions rendez-vous au lieu accueil parents à 9h30 avec la troupe « Le lien théâtre ». Moi j’étais bien au collège à 9h30 mais dans le bureau du CPE, parce que mon fils venait de faire une bêtise.

Lire la suite de « Une nouvelle passion ! »

Se rencontrer sans que la culture de l’un n’entrave la liberté de l’autre


J’ai réalisé l’importance de la rencontre entre nos différentes cultures simplement l’année dernière, après avoir rencontré des personnes vis-à-vis desquels j’avais moi-même certains préjugés : les professeurs et l’équipe éducative du collège de mes enfants, j’en avais même certains en aversion; ceux avec lesquelles mes garçons avaient eu des malentendus. Moi j’étais toujours et incontestablement du côté de mes fils n’ayant eu que leur versions de pauvres petites victimes malmenées par un professeur qui pouvait très bien être raciste de surcroît.

Une de mes amies se rendait régulièrement au lieu accueil parent du Collège Victor Schœlcher, moi j’étais dans mon quotidien de mère célibataire ne survivant que pour ses enfants, je rencontrais souvent l’animatrice relais dans le quartier et elle me parlait de ce lieu, je lui répondais que je viendrais certainement bientôt, et c’était réellement mon intention mais je n’arrivais pas à trouver le temps dans ma morosité journalière. Je m’évertuais à chercher du travail, mieux encore je suivais des formations qui m’encadraient dans la recherche d’un emploi que je ne trouvais pas. C’était à cause de la crise, du chômage qui est en hausse, du fait que je porte le voile, etc …

J’ai commencé à fréquenter le lieu accueil lors d’une rencontre avec des personnes membres d’une commission venue d’Europe pour parler du Lieu et de ce qu’il apportait en termes d’éducation et de progrès pour les enfants. Mon amie m’avait demandé de lui faire des pâtisseries orientales pour l’occasion (visiter mon site vitrine), je l’ai accompagnée et ai été séduite par ce qui se faisait là-bas.

A partir de ce jour j’ai pris le temps d’y aller. J’ai commencé par prendre des cours de mathématiques, Mme Julien et sa méthode m’ont fait à nouveau aimer cette matière. J’assiste aussi à des cours d’informatique et d’Anglais. Enfin je participe à un atelier Journal avec Typhaine, Kheyra, et d’autres mamans, j’adore ce moment durant lequel nous choisissons un thème que nous développons à l’oral et à l’écrit, ceci dans l’optique d’échanger nos idées et de trouver des solutions à nos problèmes avec comme motivation la réussite humaine et scolaire de nos enfants, le tout dans une ambiance humaine et conviviale.

Ce fut comme s’il y eu un avant et un après. Le lieu accueil parent a changé ma vie et celles de mes enfants. Avant j’étais plus refermée sur moi-même et mon cercle amical et familial très restreint. Persuadée du fait que de toute façon nous sommes rejetés de la société. Le pire c’est que je ne me rendais pas compte que je vivais dans une bulle puisque c’était ma « normalité » journalière … Quant à mes enfants leur comportement s’est nettement amélioré et leurs notes progressent elles aussi lentement mais sûrement.

L’Après c’est-à-dire aujourd’hui : j’ai compris combien il était vital de ne pas s’isoler du monde qui nous entoure, je réalise aussi qu’il y a des gens biens en France ! J’avais déjà un peu commencé à le découvrir lors de ma dernière session de formation pour le retour à l’emploi, grâce à une conseillère prestataire du pôle emploi : Nathalie; c’est une personne lumineuse … J’ai réalisé que les Français « d’origine française » pouvaient aussi être bons et humains, certains m’ont même fait prendre conscience de mes qualités et m’ont donné l’envie d’avancer et de sortir de mon statut d’éternelle victime.

Avant de découvrir le Lieu accueil parents, je n’osais pas entrer dans le collège pour une raison autre qu’obligatoire ou bien j’y allais pour une sanction vis-à-vis d’un de mes fils. Le fait que je porte le voile me faisait me sentir intruse et «pas à ma place», alors quand je devais m’y rendre je me faisais toute petite et avait hâte d’en sortir afin de vite retourner dans ma petite bulle « protectrice » et rassurante …

Safya


Si vous aussi avez vécu une expérience similaire, ou autre chose mais sur le  thème  de la rencontre entre les différentes cultures, n’hésitez pas à m’écrire ou à laisser un commentaire !