Relogement : Ce n’est qu’un déménagement …

Annonce de la démolition de nos bâtiments : 2015, suivie de 2016, 2017, 2018 et voici 2019 qui pointe avec tout l’espoir que peut offrir la perspective d’une nouvelle année. Une fois la page de mon relogement tournée, j’aimerais écrire sur des sujets plus optimistes et pas forcément liés aux quartiers « prioritaires ». Mais ce qui à la base ne devait être qu’un simple déménagement a pris toute la place dans nos vies, alors voici la suite de ce relogement  …

Pourquoi une chose aussi anodine qu’un déménagement prend elle une tournure aussi longue et dramatique ? On pourrait penser que ça vient de moi, que je résiste à faire un choix, que je suis pessimiste et ne vois le verre qu’à moitié vide … Dieu merci, je ne suis pas la seule à vivre cette situation sinon j’aurais pu finir par douter de mon propre vécu.

A bout de force, je m’accroche aux traces d’optimisme et d’espoir qui subsistent en moi. Et puis j’ai accepté une proposition. En dehors du fait qu’il aurait fallu une chambre de plus, le lieu et le logement me plaisent. Je l’ai accepté surtout parce qu’il fait très froid chez moi. « Sauve qui peut », voilà ce que me dicte une voix intérieure, mon instinct de survie peut-être ? Vivre dans un appartement glacé au dernier étage d’une allée vide dans un bâtiment presque aussi vide et au cœur d’un quartier mort, c’est inhumain.

Je n’attends pas d’être comprise. Ce monde est hostile. J’essaie simplement de prendre de la distance et raconter parce que c’est important de raconter soi-même son histoire. Aujourd’hui, je ne veux plus être victime de ce statut de relogée. Je veux juste sauver nos peaux. Ou bien est-ce trop demander ?

Je n’oublierai jamais la tourmente dans laquelle nous avons été plongés. Au nom de quoi ? Ah oui, de l’intérêt commun … Commun à qui ? Soit nous ne faisons pas partie de ce commun soit nous sommes des dommages collatéraux au bien être de ce commun. « Pour faire une omelette, il faut casser des œufs » m’a -t-on dit un jour. Le relogement nous a cassés, il faudra tout reconstruire.

Un commentaire sur « Relogement : Ce n’est qu’un déménagement … »

  1. C’est toujours difficile de quitter une vie pour en gagner une autre, c’est une reconstruction infinie chaque jour d’ou Le fait qu’on s’y accroche coûte que coûte car nous avons investi dans ce bâti provisoire avec comme principal rappel à l’ordre le loyer, salut nécessaire, gratification grattant à la gratounette notre pouvoir d’achat de temps de bonheur. Mais c’est un choix à faire, vivre ailleurs meilleur que survivre ici et mourir avec le béton friable et émietté.

    Un choix pour le bien commun : le bien de qui ? Jamais pour nous, mais pour les élus qui raye des vies entières du vivre ensemble pour un vivre à part mais sachez une chose : ce n’est qu’un déménagement pour vous, mais c’est une expulsion en moi, une expulsion d’une part de ma vie, mon âme, mes souvenirs, mes espoirs gloire et déception… Entre les décideurs et le peuple nous n’avons vraiment pas les mêmes valeurs ! Les miennes sont valeurs et respect ✊🏾

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.