Face à l’Amour

Vis-à-vis de ce sentiment qui chamboule et fascine, les réactions sont très variées d’une personne à l’autre, d’une situation à une autre … Mais qui n’a pas rêvé un jour de trouver l’Amour ? Qui l’a réellement trouvé ?  🙂

Aujourd’hui, je publie l’un des textes de Khadija. Je trouve qu’elle exprime de façon très pertinente et poétique, le paradoxe et les bouleversements douloureux que l’Amour peut parfois soulever dans l’esprit et dans la vie d’un être humain.

« L’amour me parait maintenant comme une montagne. Grande et immense. Elle m’impressionne, me fait peur. Me parait parfois un monstre, dépossédant les personnes qui le ressentent, de leur propre être, de leur propre cœur.

Moi qui avant en étais submergé, maintenant il me terrifie. Je le fuis où que je le trouve, fusse-t-il dans les méandres de mon esprit.

Je trouvais auparavant l’amour passionnel beau, touchant. Je m’en faisais une belle image, je me la représentais comme un soleil couchant sur le rivage. Et puis lorsque je l’ai ressenti, que je l’ai vécu, j’ai tout de suite voulu le fuir. Il n’était pas un bon hôte, et mon cœur souffrait en sa présence. Il le rendait malade, fou.

J’ai compris tout de suite que cette jolie chose avait un deuxième visage, un visage effrayant. Moi qui pensais que le vivre ferait de moi la plus heureuse, je n’ai été, à aucun instant prise d’un tel bonheur. Au contraire, je subissais son emprise sur ma personne, pleurant jour et nuit, ne pouvant me défaire de mon ennemi. Et j’ai appris à le côtoyer, en espérant un jour en être délivrée.

Et puis un jour, j’ai décidé de le fuir. De fuir ce bonheur qui me tuait, à petit feu. De fuir ce sentiment qui me mettait mal à l’aise, mal de l’être. Comme Jonas dans le ventre de la baleine, je me suis extirpée de ce monstre qui m’a gobée toute entière, m’avalant, me faisant disparaître de la réalité.

Piégée dans cette sphère à laquelle je ne voulais plus appartenir, je me sentais incomprise par moi-même, seule dans ma solitude devenue pesante. L’amour était mon ennemi, et j’étais devenue ennemie de moi-même. Je ne me comprenais plus, je ne me reconnaissais plus.

J’aimerais un jour ne plus avoir à la recroiser, cette montagne qui m’a tant fait peur. Mais comme on dit, il n’y a que les montagnes qui ne se croisent pas. Je ne suis pas une montagne, tôt ou tard je la retrouverais. »

Et puis, dans un autre de ses textes, elle exprime à merveille la passion, l’ivresse et le bien être qui peuvent animer un cœur et un corps amoureux.

« Laisse moi me noyer dans l’océan de ton amour, sur la plage de ton cœur je me nourrirais de ta chaleur. Ma peau halée, sera le résultat de l’exposition de ta lumière, me procurant un véritable bien être, sensation si particulière. Me plongeant dans la mer de tes yeux, débordant de larmes, les faisant briller tout deux. Ils luisent tel une lucarne, et embrase ma personne, ravivant la flamme. Flamme devenant un incendie, devant toi je brûle, devant toi je fonds, face à toi je vie. La flamme de la vie, l’eau qui ravive. Elle, ma mie, la plus que vive.
Sois eau que je te bois, afin que tu coule en moi. Sois flamme, que tu m’enflamme, je t’en prie deviens ma femme.
Braises douces, ta douceur me touche. Devant toi je succombes. Je ne souhaite plus rencontrer la tombe. Que je vive à tes côtés pour l’éternité. Qu’on soit amour amants et amitié. Que je me perde dans ton intimité. Vole moi mon cœur, afin que je puisse m’envoler. Volons tous les deux, âmes sœurs, errons dans les airs. Tu me fais décoller, avec toi je n’arrive plus à avoir les pieds sur terre. Sois ma terre, et mon ciel, mon rêve et ma réalité. Subissant la gravité, mon amour, je ne peux plus de toi me détacher. Sois ces ailes, soit elle. Sois celle qui me donnera des ailes. »

4 commentaires sur « Face à l’Amour »

  1. Face à l’amour, on embrasse le recours, après avoir fait la cour suivant à la lettre professeur séducteur Hitch en cours … l’amour est un sentiment sourd qui atteint le désert et les bourgs … Face à l’amour on peut se prendre un four, déposer des fleurs chaque jour et avoir le cœur lourd … Face à l’amour, j’appelle Roger MOORE, regarde la lune et demande Nour et dit à l’amour je suis POUR. Au sommet comme au bas de ma tour, face à l’amour, your Lovely admet ses sentiments, reconnaît votre sens de l’humour, ainsi triomphe les cœurs en amour et cela se passe de tout discours

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s