Dounia – 3

Khadra devint brusquement étrange à l’égard de sa belle-fille le soir de ses premières règles. C’était il y a 3 ans, lors d’une sortie scolaire au parc de Parilly avec sa classe de 5ème . Après une course d’orientation, une partie de loup et une séance d’arrosage improvisée avec ses camarades, c’était l’heure de rentrer et le prologue vers l’âge adulte pour Dounia. En guise de symptôme, son corps s’était mis à saigner de l’intime intérieur, la douleur fut telle qu’elle comprit que sa vie venait de basculer.

Dounia -4

Dans le car du retour elle observait avec nostalgie ses amies s’amuser sans elle. Elle enviait leur innocence et leur joie enfantine. Elle s’était sentie arrachée et exclue de cet univers insouciant contre son gré. Elle savait toutes ses amies non atteintes de ce mal honteux, du moins c’est ce qu’elles disaient. A cette époque avoir ses règles était une tare et yemma lui avait clairement expliqué que ce jour-là, elle deviendrait femme et qu’il faudrait impérativement qu’elle l’en informe.

Ce que fit timidement Dounia à son retour : « Yemma, j’ai saigné », elle n’eut point besoin de préciser l’origine du saignement, la quinquagénaire compris immédiatement à la gêne de la fillette « tu n’es pas tombé !? On ne t’a pas fait du mal !?» L’enfant répondit non, tête baissée. Khadra s’était alors mise à son niveau, empoignant de ses grosses mains les 2 bras chétifs de la fillette et tentant de pénétrer au plus profond de ses yeux affolés « Tu me le dirais n’est-ce pas ? », « mais t’inquiètes Yemma je suis ni tombée ni rien » répondit Dounia la gorge serrée en essayant de se dégager de l’étreinte imposée.

Puis la femme lui donna la monnaie nécessaire pour acheter ses protections sans aucune autre information, elle dut se débrouiller tant bien que mal avec ce qu’elle avait appris à la télévision, avec ses amies … Ce soir-là, Yemma afficha un air grave qui ne se dissipa qu’à peine depuis.

Dounia se sentait coupable d’un corps devenu imprévisible et étranger. Un corps qui l’avait éloigné de sa maman de cœur et d’adoption. Le comportement de Mohsin avait également changé par procuration. Sa mère lui avait transmis son trouble en l’informant du nouvel état de sa sœur. Lui, avait fait preuve de moins de retenue dans son propos et lui avait craché en pleine face : « Ramène un ventre et jte jette du 14ème ! » …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s