Les mêmes droits et devoirs pour tous


Je n’ai pas publié ma mésaventure écrite samedi dernier, je la raconte ici parce qu’elle rejoint celle d’hier sur le thème de la liberté et de ses limites
J’aimerais tellement pouvoir raconter de plus belles histoires, mais ce ne sont pas celles qui m’imprègnent le plus, parce que la violence me meurtrit et me marque toujours davantage et que j’éprouve le besoin d’en laisser la trace …

1-La liberté des chiens s’arrête là où commence celle des autres

Ce matin (samedi dernier), j’ai proposé à mon fils de faire une promenade au parc du vallon. Cette initiative l’a ravi.

parcduvallon

Arrivés là bas, nous avons fait plusieurs fois le tour du petit ruisseau, puis nous sommes descendus jusqu’à l’aire de jeu du château et là nous nous sommes assis sur l’un des petits bancs en fer, à proximité des grands escaliers qui mènent à Vaise.

Nous nous amusions à écrire des sms en parlant dans le micro et ça nous faisait rire parce que ça écrivait n’importe quoi … Jusqu’à ce qu’un gros chien nous surprenne en aboyant, et en s’approchant très près de nous avec un air menaçant. Nous avons eu terriblement peur, j’ai senti mon cœur se serrer douloureusement et mon fils, livide, s’est blottit contre moi.

Après qu’ils aient rappelé leur animal, j’ai gentiment dit aux propriétaires ; un couple de quinquagénaire, qu’ils devaient attacher leurs chiens. Mais ils l’ont très mal pris. Et non seulement ils ne se sont pas excusés mais en plus ils m’ont répondu : « les chiens sont libres, ici, nous n’attachons pas les chiens ! » d’un air hautain et en continuant d’avancer. J’ai alors répliqué « oui mais vous êtes dans une zone où ils doivent être attachés » alors ils ont rajouté « chez nous, en France, c’est la liberté ! »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette allusion qui débordait de mépris et de sous-entendu m’a profondément blessée. Je les ai insultés dans ma barbe et ne voulais pas pleurer devant mon fils mais mes larmes ont émergé malgré moi et alors mon fils m’a demandé : « maman pourquoi tu pleures ? Mais pourquoi tu pleures !?… » Je n’ai pas su quoi lui répondre et face à son insistance je me suis contentée de lui dire « c’est rien ça va passer ». Comme il n’est pas dupe il m’a dit : « ils nous ont gâché notre journée … » J’ai essayé de mon mieux d’enfouir ma tristesse mais il avait raison cette réflexion de trop allait assombrir le reste de ma journée …

Après cela, je m’étais promis d’écrire chaque agression verbale que je subirai dans ce blog mais après réflexion, je m’étais dit qu’il serait plus intéressant d’occuper mon peu de temps libre de manière plus constructive …

 Et j’avais fini mon billet sur une note positive et optimiste :

C’est difficile pour nous aujourd’hui mais ce n’est pas impossible. Je ne veux plus être une victime et ne veux plus me complaire dans ce rôle. Je vais continuer dans la mesure du possible et de mes disponibilités de rapporter des contrevérités pour lutter contre ces préjugés qui font souffrir la France ainsi que tous ses enfants ; les « normaux » mais aussi les différents ; les mal aimés et rejetés … Nous sommes traités différemment et ça ne date pas d’aujourd’hui, ni d’hier … Mais nous devons faire avec jusqu’à l’arrivée du printemps. Le vilain petit canard ne devient-il pas un beau signe après la rudesse de l’hiver et une maman qui n’a pas su l’aimer ?

 Mais  je ne l’ai pas publié, j’avais l’impression qu’il manquait quelque chose et je n’arrivais pas à trouver de titre …

2- Rosa Parks et l’interdit pour tous

Mais la journée d’hier m’a permis de trouver la pièce manquante de mon billet et surtout son titre :  LES DROITS ET DEVOIRS DOIVENT ETRE RESPECTES PAR TOUS.

Par tous les citoyens de toutes origines et couleurs confondus, les parents, les enfants, les religieux, les laïques, les institutions, les animaux …

Aux alentours de 16h30, j’avais une course à faire sur le Plateau. En montant sur l’avenue Rosa Parks, j’ai aperçu 2 voitures de police national sur la place de l’Abbé Pierre. Au même moment j’ai reçu un appel téléphonique de mon fils ainé qui me disait de venir vite. Dieu merci j’étais juste à côté. La police était sur le point de l’embarquer avec 2 autres de ces amis.

J’étais dans tous mes états et j’ai refusé qu’ils le prennent sans que je sache ce qu’il avait fait au préalable. Mais les policiers étaient déterminés à les emmener quoi que je dise ou fasse … Sauf que mystérieusement et subitement pour une raison que j’ignorais ils nous ont laissés partir. C’était comme s’ils venaient de recevoir une consigne …

J’ai compris par la suite que c’était le gérant de la brasserie Rosa Parks qui venait de retirer sa plainte. Ce dernier avait appelé la police parce que nos enfants s’étaient assis sur sa voiture, qu’il s’était énervé et les auraient provoqués. Nos enfants se seraient à leur tour emportés et l’auraient insulté et menacé …

Sauf que sa voiture n’avait rien à faire là ! Qu’elle est stationnée tous les jours à un endroit interdit à tous, qu’il est armé et qu’il ne s’en cache pas. Le traumatisme qu’a vécu cet homme a l’air de lui peser. Son histoire est dramatique et inacceptable mais si chaque personne traumatisée se mettait à faire ses propres lois, ça deviendrait vite l’anarchie.

interdit 4

Les autres commerçants du plateau ont su imposer leur présence et le respect des habitants avec diplomatie et en douceur et pas « parce qu’ils ne serrent pas la main à la police » selon ses mots.

3-Nos enfants ont aussi des devoirs

Quant à nos enfants, leur comportement en groupe peut parfois être inadmissible, injustifié, puérile et irresponsable. Ils doivent comprendre qu’ils ne sont pas au-dessus des lois et qu’être un mauvais garçon n’est pas quelque chose de bien, ni de valorisant, au contraire. Ils doivent impérativement apprendre à respecter les humains et les règles nécessaires à la vie en société. Sans quoi ils seront punis légitimement et nous aussi par la même occasion et par leur faute.

Pour finir, les lois et les interdits, de même que les sanctions et sentences devraient être appliqués de la même manière pour tous et avec justice. Parce que dans le cas contraire, la répression n’aurait d’autre effet que de cultiver la haine de l’autre, de développer une rigidité face à l’autorité, le sentiment d’exclusion …. Tout ceci constituant un frein au vivre ensemble : un idéal dont on ne se rapprochera que si chacun y met du sien.

4 commentaires sur « Les mêmes droits et devoirs pour tous »

  1. bonjour Safya
    Pour reprendre ton premier titre , la liberté des uns s’arrête là ou la liberté des autres commence.
    On peut promener son chien librement à condition que celui ci n’empeche pas les promeneurs, et notamment les enfants , de profiter en toute tranquillité et en toute sécurité des lieux publics, et notamment des parcs .En effet , la liberté sans régles et sans limites conduit à l’oppression des faibles par les forts.
    Pour parler plus précisément de ta mésaventure canine, il est bien évident que le propriétaire du chien a utilisé à mauvais escient l’argument de la liberté afin de pouvoir mettre en avant ton origine maghrébine;Sa réaction refléte la bêtise et la haine gratuite qui malheureusement se répandent dans notre pays , favorisées par certains hommes politiques et médias qui soufflent sur les braises de l’intolérance.
    Si tout le monde , du haut jusqu en bas de notre société, favorisait la tolérance , la bienveillance et l ouverture sur les autres, beaucoup de problèmes ne se poseraient pas.
    Et on retombe sur le second incident que tu relates concernant notamment ton fils:
    Si les jeunes , d’un coté , et les moins jeunes se donnaient la peine , au lieu de s’affronter , de dialoguer sans a priori et dans le respect de chacun, il n’y aurait pas besoin de faire appel a la police pour solutionner les petits problèmes du quotidien.
    En conclusion, un seul mot d’ordre : Cultivons la bienveillance envers les autres, en espérant que cela soit réciproque!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire ! La bienveillance est certainement l’un des plus beaux sentiments dont l’humain puisse faire preuve. Et elle profite autant à celui dont elle émane qu’à ceux pour qui elle rayonne

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s