La fête du mouton

Ce matin c’est L’Aïd ! La fête en Français.

Nous avons 2 fêtes essentielles, aujourd’hui nous fêtons celle qui marque la fin du pèlerinage à la Mecque : c’est l’ Aïd el Adha ou fête du sacrifice.

En résumé : Pour tester la foi d’Abraham (Paix sur Lui), Dieu (glorifié soit Il) lui demanda de sacrifier son unique fils, puis lorsque père et fils furent résignés et prêt à accomplir ce qu’il croyait être un acte d’obéissance, Dieu leur offrit un bélier à sacrifier en récompense de leur piété … C’est pourquoi tous les musulmans sont appelés à sacrifier un mouton ou autre ovin ou bovin en mémoire d’Abraham et de son fils Ismaël. Ils doivent en donner une partie aux pauvres et en garder une partie pour eux même et leurs proches.

A la Duchère (et ailleurs) les fidèles viennent tôt le matin, de tous âges pour prier à la mosquée, dans une ambiance de joie, de partages et de retrouvailles. Une fois la prière accomplie, suit un sermon qui incite à la bienveillance et à la bienfaisance …. La fin de ce sermon marque le début officiel de la fête et alors tout le monde s’accole, nous nous faisons la bise et nous nous souhaitons mutuellement la réussite, c’est un moment très fort que je ne raterai pour rien au monde.

Nous n’avons pas encore inauguré la nouvelle mosquée, les femmes ont prié dans l’actuelle mosquée et les hommes dans le gymnase de l’Ecole des Géraniums juste à côté.

En sortant de la mosquée, ma sœur et moi avons croisé une dame âgée qui semblait un peu paniquée face à la foule et qui disait à haute voix « y en a partout on ne peut même plus marcher », elle avait du mal à se frayer un chemin … Sa réaction nous a fait rire et en même temps elle nous a fait un peu pitié, on s’est dit c’est vrai qu’on devrait sortir en étant un peu plus discipliné, mais bon … Cela ne nous a pas empêché d’aller chez notre famille et d’y passer un excellent moment.

Les hommes partent très tôt chercher les moutons, une corvée dont nous sommes exemptes (Dieu merci), nous restons à la maison à papoter au chaud pendant qu’eux vont à la campagne, chercher les moutons sans qui la fête n’aurait lieu d’être. Mais cette pratique tend de plus en plus à disparaître. A l’époque nous avions beaucoup plus de liberté. Aujourd’hui (suite aux législations) la plupart des membres de ma famille se contente de commander son mouton chez le boucher, d’autres fidèles le sacrifient à distance en envoyant de l’argent à des familles pauvres qui pourront sacrifier leur bête dans un pays autre que la France. En réalité la tradition veut que le sacrifice et le partage de la viande se fasse dans le pays où l’on vit.

Mon père nous raconte souvent avec fierté l’histoire d’un éleveur à Oullins qui lui avait révélé comment ses voisins lui reprochaient d’avoir loué sa boucherie à un boucher Halal, mais l’éleveur leur avait répondu « c’est grâce à eux si je m’en sors, s’il n’y avait pas les arabes qui m’achètent mes bêtes y a bien longtemps que j’aurais fait faillite! ». Et dans ma famille on en rajoute une couche toujours dans la bonne humeur : «Mais c’est vrai! Si demain on partait tous, ils nous supplieraient de revenir! » … Bonne fête à tous les musulmans de la Duchère et d’ailleurs !

 

2 commentaires sur « La fête du mouton »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s